Une République à reconstruire

Trois mots pour définir la nouvelle République que nous voulons : Sociale, solidaire, citoyenne. Trois mots qui s’ajoutent à notre magnifique devise Liberté, Egalité, Fraternité. Cette nouvelle République sonne le glas du système institutionnel abîmé, ne répondant plus aux exigences démocratiques exprimées par nos concitoyens qui veulent enfin sortir de la sclérose et avoir prise sur le pouvoir pour revivifier la vie politique.

Une République qui respecte avant tout les femmes, les hommes et les territoires si divers et contrastés, une République qui protège, invente, s’ouvre aux autres et se met exclusivement au service de l’intérêt général.

Une République qui explose le carcan d’une hyper présidentialisation pour redonner la primauté au Parlement et lui permettre d’assurer pleinement sa mission première, qui est d’élaborer la loi dans l’équilibre des pouvoirs.

Une République qui renforce le rôle du Sénat comme Assemblée représentative des collectivités. Elle doit être plus et mieux la chambre des territoires, c’est-à-dire des élus et des populations, dotée d’une initiative législative réellement ouverte au peuple.

Enfin, une République qui instaurerait une loi de séparation entre l’Etat et la finance à l’instar de celle de 1905 séparant l’Eglise et l’Etat. Un moyen radical pour commencer à restaurer les liens de confiance entre la population et ses élus.



Articles en lien avec cette thématique

Communiqué La commission des lois du Sénat a rendu ce mercredi 20 février son rapport d’enquête sur l’« affaire Benalla ».

Ce travail important marqué en particulier par l’audition de 40 personnes a apporté des réponses sur de graves dysfonctionnements au sein de la Présidence de la République.
Ont été passées au crible les questions des passeports diplomatiques, des ports d’armes et du fonctionnement d’une société de (...)

Une question ?