Questions au gouvernement

Question écrite à la ministre déléguée auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargée de l'autonomie

Progression du nombre de seniors dépendants dans les Hauts-de-France et mesures à prendre

Question écrite publiée au Journal Officiel le 26 novembre 2020

M. Éric Bocquet attire l’attention de Mme la ministre déléguée auprès du ministre des solidarités et de la santé, chargée de l’autonomie, sur la progression du nombre de seniors dépendants dans les décennies à venir dans les Hauts-de-France et les mesures coercitives à prendre pour y répondre.

Une récente étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), parue le 5 novembre 2020, énonce qu’en 2030, dans la région des Hauts-de-France, 276 900 seniors de 60 ans et plus seront dépendants. Cela représente 21 % de plus qu’en 2015. La hausse de l’espérance de vie et la génération nombreuse du baby-boom en sont les principales causes.

À cela s’ajoute le fait que l’aide de l’entourage en direction des seniors risque d’être de moins en moins importante, puisque les aidants vieilliront également, mais aussi et surtout parce que le nombre de seniors dépendants va augmenter plus vite que le nombre d’aidants potentiels.

De plus, l’étude révèle également que si aucune place n’est créée dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) d’ici 10 ans, ce sont 44 200 seniors dépendants supplémentaires qui vivraient à leur domicile. Cela s’inscrivant d’ailleurs dans une tendance nationale. Pour y répondre, l’institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) estime que 9 300 emplois supplémentaires (notamment des emplois d’aides à domicile, d’aides ménagères et d’infirmiers) devraient être créer d’ici 2030.

Or, ces emplois sont très loin d’être attractifs car ils sont précaires, bien trop faiblement rémunérés, peu valorisés. Souvent occupés par des femmes, ces emplois ont une forte charge mentale et physique et les conditions de travail sont particulièrement difficiles. Et ce, alors qu’ils sont d’une ultime nécessité. Il y a donc un enjeu immédiat et majeur d’anticipation lié à la prise en charge de la dépendance à domicile mais aussi de revalorisation des métiers dédiés.

C’est pourquoi il lui demande si un plan de mesures lié à la problématique de la dépendance va être instauré et si les salaires et les conditions de travail des métiers liés aux seniors dépendants vont enfin être revalorisés.

Imprimer cet article

Une question ?