Questions au gouvernement

Question écrite au Ministre de la Santé

Crise sanitaire, Ministère de la santé et externalisation des missions de conseil

Question écrite publiée au Journal Officiel le 21 janvier 2021

M. Éric Bocquet attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur l’externalisation de l’élaboration de la stratégie vaccinale dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Le Gouvernement a en effet recours au cabinet privé McKinsey et Company pour mettre en place son plan de vaccination. Et ce, après qu’il a été fait appel au cabinet Accenture pour la mise en œuvre du « système d’information vaccin covid », aux cabinets Citwell et JLL pour l’accompagnement logistique et la distribution des vaccins, ou encore au cabinet Bain pour le déploiement des tests en France.

Cela entre en contradiction avec les propos tenus par le Président de la République le 12 mars 2020. Lors de son allocution, il a en effet annoncé que « ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ».

À l’évidence, cela reste un vu pieux. Le recours aux cabinets privés n’est pas sans soulever certains problèmes éthiques et budgétaires.

Selon le magazine Le Point, le cabinet McKinsey et Company toucherait près de 2 millions d’euros par mois, alors que dans le même temps le Gouvernement réduit drastiquement les dépenses publiques, y compris dans le domaine de la santé pourtant si impérieux. Il pourrait être évoqué encore le risque majeur de perte de souveraineté sanitaire. Sans compter un certain mélange des genres et une proximité malsaine entre les actionnaires de ces cabinets privés et les décideurs publics.

Enfin, comment ne pas soulever le fait que la Cour des comptes, dans une note de 2018, s’est montrée particulièrement sévère sur ce type de procédé en énonçant que « les productions des consultants ne donnent que rarement des résultats à la hauteur ». L’appel à des cabinets privés laisse entrevoir le fait que l’État puisse demain pleinement sous-traiter ses fonctions de décisions à des sociétés de conseil. Bien loin de ce que l’on attend d’un État stratège.

Il lui demande donc si le ministère des solidarités et de la santé va continuer à solliciter des cabinets privés de stratégies et de conseils ou au contraire va renforcer ses moyens afin de bénéficier d’une véritable expertise interne et ainsi sortir des griffes du marché.

Imprimer cet article

Une question ?