L’Humain d’Abord ! Au coeur de la république

Michelle Gréaume

éric Bocquet Découvrir le sénateur
Actualité

Santé

Dépôt de 43 mesures d’urgence pour redonner vie à notre système de santé !

A l’occasion de la journée d’action et de la manifestation du 15 octobre, l’ensemble des personnels hospitaliers, du secteur médico-social, de la psychiatrie, des maternités, administratifs comme soignant.e.s et des forces de secours, se retrouvent pour dénoncer la casse du service public de santé et l’austérité à tous les niveaux de la chaine de soins.

Au même moment, les parlementaires du groupe Communiste Républicain Citoyen et Ecologiste (CRCE) au Sénat déposeront, avec leurs homologues du groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine (GDR) à l’Assemblée Nationale, une proposition de loi comprenant 43 mesures d’urgences pour la santé et les hôpitaux, au Ministère de la Santé.

Ces mesures d’urgence, issues du Tour de France des Hôpitaux et des EHPADS lancé il y a 18 mois, sont l’aboutissement d’un travail collectif, fruit de 150 visites réalisées dans l’hexagone comme en Outre-Mer. Rencontres multiples, échanges avec toutes les catégories de personnels sur le terrain, auditions d’actrices et d’acteurs du monde de la santé et de l’action sociale ont permis de dégager des propositions largement partagées.

Ces réponses, applicables sans attendre, visent à garantir des soins de qualité à nos concitoyennes et concitoyens et renforcer les capacités d’actions du service public hospitalier et du médico-social. Il s’agit, également et surtout, de proposer des financements nouveaux pour l’assurance maladie et notre système public de santé. Si ces mesures ne prétendent pas l’exhaustivité, elles constituent le premier volet d’une réforme plus globale de notre système de santé.

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE refusent les politiques de restrictions budgétaires, poursuivies par les gouvernements successifs, dans le domaine de la santé et du médico-social. Elles et ils dénoncent le budget de la Sécurité sociale pour 2020 qui ne peut qu’aggraver la situation et apportent leur solidarité aux personnels hospitaliers en grève pour exiger une revalorisation de l’ONDAM (Objectif national des dépenses d’assurance maladie), l’ouverture de lits supplémentaires, et l’arrêt des politiques de restructuration des établissements publics de santé.

Les sénatrices et sénateurs soutiennent également les pompiers et leurs revendications de revalorisation de la prime de feu, de meilleure protection de la santé, de la sécurité des agents et d’un recrutement d’emplois statutaires.